• LAETITIA A.

QUI JOUE À CHAT PERCHÉ ?

Dernière mise à jour : 4 avr.

Je suis un jurassien de Montmartre destiné à être ingénieur mais devenu écrivain pour cause de grippe espagnole. On me doit 18 romans, 9 recueils de nouvelles largement adaptées au cinéma dont « La traversée de Paris » avec Gabin, 12 pièces de théâtre, des essais, des scénarios et des dialogues comme « La Bourse & la vie » de JP Mocky. Je traduis aussi les Sorcières de Salem d’Arthur Miller parmi d’autres ouvrages. Fort d’un Prix Renaudot en 1929 et d’un Goncourt en 1945, c’est le public qui fera mon succès plus que les critiques ou mes pairs qui n’aiment ni ma réserve ni le fait que je ne me vautre pas dans les mondanités. Je ne leur plais pas car ils ne parviennent pas à m’étiqueter: grand-père anticlérical et orphelin élevé à la ferme, je me place du côté des républicains, je suis l’auteur de « La tête des autres » première charge contre la peine de mort, je m’oppose au port de l’étoile jaune et aux discriminations mais j’écris avec imprudence dans des journaux de tous bords et je vends un scénario à la Continental Film pendant l’Occupation qui me vaudra un « blâme sans affichage » que je ne supporterai pas. On comprendra plus tard que je suis un esprit sceptique, un libre esprit, un humaniste et on me couvrira de louanges tout en me courtisant sans succès: je refuse la Légion d’Honneur et d’entrer à l’Académie Française. Pour la 1è, j’écrirai « je les mettrais en garde contre l'extrême légèreté avec laquelle ils se jettent à la tête d'un mauvais Français comme moi et pendant que j'y serais (…) je les prierais qu'il voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens » et pour la 2nde « Je ne comprends pas le plaisir que l'on peut avoir à être d'une société où l'on rencontre une quarantaine de personnes que l'on n'a point choisi de rencontrer ». Mes ouvrages traitent de mon époque, offrent des descriptions sociales crues comme dans Uranus, mettent en scène toutes les classes sociales avec leur langage propre: voyous, bourgeois, paysans, intellectuels… et toujours le projecteur rivé sur la laideur humaine avec un humour acide et une imagination foisonnante qui me conduisent à utiliser le ressort du fantastique dans nombre de mes romans et nouvelles. J’ai été beaucoup adapté au cinéma mais ne suis que très peu enseigné à l’école et si j’ai ma place dans le 18è ornée d’un bronze dont l’original fut réalisé par mon ami Jean Marais, les 50 ans de ma disparition en 2017 n’ont fait l’objet d’aucun évènement particulier.


ARCHIVE INA:

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/i17282870/marcel-ayme-a-propos-d-anticlericalisme


ARCHIVE RADIO: Marcel Aymé raconte son arrivée au Lapin Agile: https://www.youtube.com/watch?v=WDyTd9gTaXs

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout